La blogosphère, source d’auteurs potentiels

L’interview

Lire cet article du Figaro. On y découvre une interview d’Alexandre Delaigue, chargé de cours en éco/gestion mais aussi auteur principal du site econoclaste.org. Il s’efforce depuis bientôt 3 ans d’y vulgariser l’économie pour compléter ses cours et les exporter au-delà de la fac:

Mais soutenir une démarche académique ne signifie en rien que cette démarche n’est pas à partager. Et c’est pourquoi nous avons créé ce site. Nous ne nous adressons pas à un public particulier. L’objectif de vulgarisation est omniprésent. [suite]

Voir la suite sur la page qui sommes-nous.

Le site

Riche de nombreux billets souvent fort commentés (l’auteur laisse aussi régulièrement des commentaires sur d’autres blogs), le site dispose aussi des sections suivantes:

  • un lexique d’économie conséquent,
  • une impressionnante rubrique de liens,
  • et de nombreuses notes de lecture,

…le tout sous licence Creative Commons.

Le livre?

J’ai déjà parlé du Friday Project, petite maison d’édition anglaise qui fait preuve d’originalité pour recruter ses éditeurs. Je n’avais pas mentionné à cette occasion (Goscinny m’avait davantage occupé) la particularité éditoriale de cette maison, à savoir turning the best of the web into the finest of books.

Et si econoclaste.org était en anglais?
Et si econoclaste.org correspondait avec la ligne éditoriale du Friday Project?
Je suis persuadé qu’ils l’auraient déjà repéré…

Les éditeurs…

Que font nos éditeurs de sciences humaines?
Le sous-titre du blog – l’économie pour les nuls et les autres… – serait-il un indice?

Logo econoclaste

La blogosphère fourmille en tous cas d’auteurs potentiels. Encore une bonne raison de repenser internet ET édition.

1 comment so far

  1. luc on

    Pendant mon séjour dans l’édition, les éditeurs (donc les personnes chargées de trouver de nouveaux auteurs ou à défaut de nouveaux livres) se remarquaient par le fait qu’ils n’avaient pas d’ordinateurs dans leurs bureaux. Ne croyez pas qu’il s’agissait là d’une maison singulière ou particulièrement retrograde. L’édition de sciecnes humaines est largement le fait des éditeurs dits de littérature générale qui pensent qu’un livre se fait plus en fréquentant le FLore ou le Lutétia qu’en lisant. Il y a des secrétaire d’édition pour lire…
    Je ne sais plus si c’est sur son blog ou dans un papier, mais Guy Birenbaum, ancien éditeur de Denoel aujourd’hui patron de sa propre maison, et blogeur à succès disait qu’il était un des seuls à regarder du coté du net pour trouver des auteurs…
    Si la france est un des rares pays à ne pas proposer de livre numérique dans le domaine universitaire (sciences et sciences humaines) c’est pour les mêmes raisons qu’ils ne proposent pas d’auteurs qui ne viennent pas du flore ou du quartier latin


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :