Fred Lambin, retour d’expérience sur un projet abouti d’autoédition

Fred LambinDans mon billet précédent, je présentais l’initiative d’autoédition de Fred Lambin, qui vient de publier un recueil d’aphorismes illustré. Je l’ai rencontré ce weekend afin qu’il partage avec nous son intéressante expérience.

Interview d’un jeune auteur persévérant…

Comment te présenter dans une perspective livre et internet ?

Pour la plupart des auteurs (y compris moi), « faire » des livres n’est pas un métier, c’est une passion. C’est une façon d’exprimer sa créativité, de dire ce que l’on a à dire. Multiplicité de l’offre oblige, on fait rarement des gros sous avec l’édition. En revanche, c’est passionnant, cela génère de belles rencontres, cela donne du crédit à ce que l’on fait par ailleurs.

Sur la toile, j’ai 3 sites, un perso (aspropos.be), le site de mon premier livre (gueulesdamour.be) et le site minederien.be qui finalement est ma plus grande vitrine pour le livre… une vitrine regardable de chaque maison.

Pourquoi l’autoédition après une première réussite chez Racine ?

Ce n’est pas un choix prémédité, c’est même une décision impulsive. Je suis un jusqu’au-boutiste. 42 illustrateurs, un graphiste et un préfacier m’ont donné de leur temps. C’était trop bête de laisser tout cela au placard parce que les 1.500 préventes requises par la maison d’édition n’ont pas été trouvées. C’est à regret que mon contact chez Racine m’a dit que les impératifs du marché étant ce qu’ils sont, il était tenu de respecter les instructions : pas de préventes, pas d’édition. Alors il y a quelques semaines, je me suis dit : « je me lance, je préfère les regrets si ça ne marche pas que les remords de n’avoir rien fait ».

Comment s’improvise-t-on diffuseur et quel type d’accueil as-tu reçu de la part des libraires ?

En décrochant son téléphone. Et les libraires réagissent positivement. Je me présente comme l’auteur de Gueules d’amour. J’ai la chance que le caractère tendre et humain de ce livre ait eu un certain retentissement, surtout à Bruxelles. Cela me donne un beau crédit. Et je n’ai pas eu de mal à obtenir des dépôts-vente. Ce qui est plus difficile, c’est d’être placé sur le comptoir, là où tous les clients passent et donc là où tout le monde veut être.

J’ai aussi contacté l’un ou l’autre grand groupe de librairies. Après analyse du dossier, il m’a été répondu qu’ « on ne travaillait qu’avec les diffuseurs habituels. » Pour eux, c’est du travail en plus car on sort du circuit.

Comment fais-tu la promotion de Mine de Rien tout en travaillant à temps plein ?

Il reste les midis, les soirs et les week-ends. Mais j’avoue que je ne fais pas le tiers du quart de ce que je voudrais. On me donne plein de bonnes idées. Tout est faisable et tout serait à faire. Le souci c’est le temps. Entre l’approvisionnement des librairies, la gestion des envois des achats par le net, les e-mails de contacts et de diffusion, cela laisse peu de temps pour la prospection.

Exemple: telle entreprise pourrait être intéressée. Ok. Je cherche le numéro sur le net, je trouve un moment pour appeler, je me balade de services en services (en expliquant le projet) pour trouver le nom du bon interlocuteur, je rappelle jusqu’à ce que je l’aie finalement en ligne, je lui explique le projet cette fois en plus long et en plus large. Il demande du temps pour analyser et en parler à ses supérieurs, je finis par le rappeler quelques jours plus tard car pas de nouvelles. En temps cumulé, on en est jusqu’ici à facilement 1 h, et je ne suis pas sûr d’avoir vendu quoi que ce soit. Pourtant, dire « tu pourrais appeler telle entreprise » ne prend que 2,47 secondes!

Présenter un quart du livre en ligne, n’est-ce pas un peu risqué pour un recueil d’aphorismes illustrés?

8 sujets sur 76, ça fait plus exactement 10,5 %. Il faut donner envier. Montrer que les phrases sont tantôt poétiques, tantôt cyniques, drôles ou encore coquines. Raison pour laquelle j’ai opté pour un petit panel représentatif.

Et puis quoi qu’il en soit, voir n’est pas avoir. Celui qui est séduit par la formule aura envie de posséder ou offrir l’objet. Le charme du papier…

Même si mon écriture se veut raffinée, je sais que certains exemplaires se retrouveront au petit coin. C’est très bien ainsi. Mais vous en connaissez beaucoup qui lisent aux toilettes à l’écran?

Quels sont les premiers résultats après ces quelques semaines ?

Encourageants mais pas triomphateurs. Le vernissage était une réussite mais on espère toujours la venue de plus de monde. Je pensais aussi que l’implication des 42 crayons dans le livre aurait généré plus de vente dans leur entourage. Je rêvais de faire le tout gros des ventes en cette période d’avant-Noël. Je vends, mais en deçà de mes projections. J’ai peut-être lancé la machine un rien trop tard. Mais finalement, le livre est intemporel et survivra aux fêtes et à cette période de sur-stimulation. Je pense qu’en poursuivant tranquillement mes démarches, le livre peut avoir une belle et longue vie. Dans une soirée d’anniversaire ce samedi, j’ai eu l’occasion de montrer le livre à 6 ou 7 personnes. J’en ai vendu 3. C’est un signal très positif : le livre convainc pratiquement 50 % de ceux qui y consacrent un moment d’attention.

Un dernier conseil pour ceux qui voudraient tenter l’aventure ?

Faire des prévisions objectives et les revoir à la baisse. Notamment en volume d’impression. Le coût par livre est plus intéressant pour un grand tirage mais mieux vaut devoir réimprimer que rester avec des caisses et des caisses de livres. Un livre est un moment de loisir que vous proposez. Mais il y a des dizaines de milliers de sorties en libraires chaque année. Et il y a tant d’autres loisirs : la télé, le cinéma, le théâtre, le net, le sport, les jeux vidéos,… Il ne faut pas penser que tout le monde va croire autant que vous en votre idée. En revanche, quand vous voyez des gens qui découvrent votre ouvrage et s’émerveillent, c’est le plus beau des « retours sur investissement ».

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :