Pourquoi Safari pourrait tout changer pour la presse

Apple a lancé hier Safari 5, la nouvelle version de son navigateur internet. Fidèle à Firefox, j’avais quasiment ignoré l’annonce, noyée par ailleurs dans celle de l’iPhone 4 lors du discours de Steve Jobs. Pourtant un petit bouton va tout changer :

Safari 5 reader button

Si l’iPad ne sauvera probablement pas la presse, on peut s’attendre à ce que la fonction reader de Safari 5 risque bien de l’enfoncer davantage en attaquant en partie son modèle publicitaire.

Une fois de plus c’est tout simple mais il fallait y penser. Fini d’augmenter la taille de caractères d’une page ou de chercher le lien vers la version imprimable d’un article : Safari se charge en un seul clic de vous en présenter le contenu. Rien que le contenu. Waow.

Exemple avec le Nouvel Obs, dont l’ergonomie de son (nouveau) site était tout simplement désastreuse en terme de lecture des articles à l’écran.

Avant avoir cliqué sur le bouton reader :

…et après :

Vous allez redécouvrir la presse en ligne.
Sans Pubs. Sans barres de navigation. Sans iPad. Avec Safari.

Voir les détails sur le site d’Apple et bien d’autres points de vue et commentaires sur The Unofficial Apple Weblog.

Applications iPad pour la presse : le dilemme gratuit/payant

Excellent article dans le Monde Magazine daté du 15 mai, que vous avez sans doute remarqué mais qu’il utile de mettre en avant pour ceux qui l’auraient loupé…

A propos des futures applications des magazines sur l’iPad :

C’est une chose de concevoir le design d’un journal ou d’un magazine et de le décliner chaque jour, chaque semaine ou chaque mois. C’en est une autre d’imaginer une nouvelle grammaire, une nouvelle façon de présenter l’information.

A propos du modèle économique des applications payantes face à la gratuité du site web correspondant :

L’iPad pose le problème en termes concrets. Aux éditeurs de choisir. S’ils parient sur la tablette associée à des contenus payants, ils ne peuvent maintenir en l’état un site Web gratuit (la qualité supérieure de la lecture ne sera pas une motivation suffisante). Dès lors, ils devront réduire drastiquement l’offre gratuite et mettre en place un péage.

Frédéric Filloux, et est prof de journalisme multimedia à Sciences Po, fondateur de 20 Minutes, contributeur de Slate.fr, et ancien de Libé …entre autres.

The end of publishing …ou pas

Qui a dit que l’on ne pouvait pas mettre son blog en pause ? Sans en reprendre une activité régulière, j’avais quand même envie de poster ici une intriguante vidéo intitulée « The end of publishing », trouvée aujourdhui chez Scott Pack.

Au fait, visionnez-la en entier, sinon elle n’aura qu’un bien triste sens pour vous lecteurs…

Ils en savent beaucoup plus que vous

Visuel campagne Les informés

En pleine page dans les quotidiens belges d’hier, une belle campagne de sensibilisation des journaux du royaume, qui renvoie sans autre indication vers un site au nom évocateur : www.lesinformes.be. De quoi rédiger un petit billet pour la rentrée !

L’architecture par les livres

Le groupe Moniteur, très actif sur internet, vient de lancer une nouvelle émission webTV intitulée « Archilectures ». Liées à la revue du même nom, ces émissions visent ainsi diffuser la connaissance de l’architecture par le livre. Belle initiative, regroupant quelques uns de mes centres d’intérêt…

Edouard François, premier invité d'Archilectures

Détails sur http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/602016-nouveau-archilectures-ou-l-architecture-par-les-livres

Amazon joue au père Noël en Belgique

Après les frais de port gratuits, Amazon France continue son avancée belge : 20% de réduction (jusqu’au 18 janvier) sur 19 romans incontournables de 2008. On trouvera ainsi Sœur Emmanuelle, Roberto Saviano, Marc Lévy, Jean-Christophe Grangé ou encore Anna Gavalda à des prix défiant toute concurrence (même si le prix unique du livre n’existe pas en Belgique, il est, dans les faits, appliqué presque partout, et généralement supérieur de quelques % au prix pratiqué en France).

Exemple ci-dessous avec le premier tome de Millenum, livré à Bruxelles :

reduction20pourcentamazon

Voir les détails sur la page d’Amazon dédiée à cette opération.

Vous avez aimé le livre, achetez le t-shirt

Suite à une discussion chez Joe Wikert, je suis tombé sur brasscannonbooks.net, la vitrine d’autoédition de Francis Hamit. L’ouvrage en question s’intitule The Shenandoah Spy et est est une fiction basée sur une histoire vraie. On y découvre Belle Boyd, infirmière/espionne devenue une héroine de la guerre civile américiane, back in 1862…

Le site, relativement classique mais efficace, reprend notamment les sections suivantes :

  • présentation du livre et de l’auteur ;
  • mise en avant de critiques de presse ;
  • liens vers PayPal et un Amazon Astore dédié ;
  • et même des renvois sur booktour.com pour les séances de signatures et autres conférences.

Jusque là rien de neuf. Quoique… C’était sans compter sans le petit lien souvenirs en haut à droite, qui nous mène tout droit sur la vitrine dédiée sur cafepress.com/brasscannonbook. Et ça c’est nouveau !

mugOutre la carte dont il est fait référence dans le livre, on y trouve ainsi des mugs, t-shirts, calendriers, et autres « premiums » ou « advertising specialties » tels que définis par l’auteur lui-même. Je viens d’ailleurs de lui demander quelques détails par email, et lui laisse ici évoquer son retour d’expérience :

Quelques adaptations graphiques

The art is the same art used for our book cover.  It did require some additional payments to our designer, to spin off designs formatted specifically for these items.

Des mugs en remerciement

We use the coffee cups as thank-you gifts when we do book signings and the the t-shirts as walking billboards.  With the current bad economy, we haven’t had a lot of outside purchases , yet, but when demand develops, there is a ready source and we have less risk that an unauthorized third party will do it for us and keep all the profits.

Une couverture particulièrement attirante

The book cover itself  is our best sales tool.  We’ve seen it at signings where people see the book cover, come over,  pick up the book, flip it over, read the reviews on the back, read a few pages inside and then go buy it and bring it back for me to sign.

spy_cover_080303

The cover really « pulls ».  We also provide bookstores posters to announce the singing events.  The cover image produces sales even before we do the event. We spent over $2,000 on art and design and it is a vital part of our overall marketing program.

…mais peu de ventes pour le moment

Outside sales of these items have not been significant, but having them helps us sell the book, and, in time, we do expect to sell quite a few to those who read the book and want to affiliate themselves with it.

Pour info, il m’annonce que les droits en français sont encore disponibles…

Google annonce europeana.eu

C’est tout-à-fait sérieux ! En bon joueurs, l’équipe de Google Book Search, par la voix de son géant Santiago de la Mora, nous fait part de l’ouverture ce 20 novembre de la bibliothèque numérique européenne :

As we move ahead with Google Book Search, we look forward to finding new ways to collaborate on initiatives such as Europeana — and taking part in what could become the biggest technological leap in disseminating knowledge since Gutenberg invented the printing press.

Le site europeana.eu est, on s’en doutait, difficilement accessible ce matin. Une bonne dose de patience m’a tout de même permis d’obtenir la page d’accueil, où j’ai même pu apprendre que les premiers utilisateurs « pensaient » au même moment à Newton, Leonardo ou encore la Divine comédie. Quelques minutes plus tard j’obtenais cette page de résultats de recherche sur Bonaparte :

europeanasearchresults

En bref, une interface qui me donne une première impression plutôt bonne, notamment pour son côté aéré et léger, sa structure bien pensée (notamment les onglets de résultats pour les textes, images, vidéos et sons) et les quelques fonctionnalités de type réseau social mises en avant :

  • Ajouter des tags
  • Partager avec un ami
  • Sauver un élément dans Mon Europeana
  • Enregistrer une recherche

En fait, il y a juste le logo qui me perturbe pour l’instant, d’autant plus qu’il est pour le moment entouré d’un affreux sticker « beta » et d’une baseline dans sa version française traduite par « pensez culture ».
Voici ce que cela donne une fois le logo isolé :

europeana-logo-small
Bref, un projet à analyser ultérieurement, quand son site sera davantage accessible…

New York Times – Edition Spéciale

Après la radio (invasion extra-terrestre, Orson Welles, 1938), les guides de voyage (Molvanie, Jetlag Travel Guides, 2004) et la télé (Bye Bye Belgium, RTBF, 2006), on découvre ce matin sur internet et en édition papier un canular du New York Times daté du 4 juillet 2009…

NYT home page spoof edition

La guerre en Irak serait finie, les universités publiques seraient gratuites et le Patriot Act perdrait sa validité…

Détails : voir, entre autres, Presse-Citron, cet article du Figaro ou encore ce billet sur un blog du (vrai) New York Times.

Google Recherche de Livres chez votre libraire

Google vient d’annoncer un nouvel outil de recherche – dans les livres de Google Book Search – disponible en téléchargement pour leur système d’exploitation pour mobiles, Android.

Here’s how it works: when you open up the application, the screen will show what the phone’s built-in camera is seeing. When you line up the camera in front of a book barcode, it will automatically zoom, focus and scan the ISBN – without you even needing to click the shutter.

Vient ensuite l’écran de recherche proprement dit, et les résultats sous forme d’extrait et surtout, de page exacte où le terme cherché apparait dans l’ouvrage. Bref, de quoi faire un pont extrêmement concret entre le service en ligne proposé par le grand G et les ventes physiques chez votre libraire.

Précision : le premier (et pour le moment unique) portable tournant sous Android, à savoir le T-Mobile G1,  n’est actuellement disponible qu’aux Etats-Unis.

T-Mobile G1

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.